Conte des CM2 de Mme Laithier

Les élèves de CM2 ont travaillé sur les contes de Grimm. Nous avons visité l’exposition à la bibliothèque de Mons en Baroeul. A notre tour, nous avons écrit en collaboration avec les CM2 de Mme Eluasti un conte. Nous vous les présentons ci dessous.

Il était une fois une princesse qui s’appelait Constance. Elle avait 15 ans et elle était brune aux yeux bleus. La princesse portait toujours des robes resplendissantes. Elle était gentille et intelligente. Constance et sa famille habitaient dans un château fait de bonbons. Les fenêtres étaient en biscuits, les chaises en guimauve et le toit recouvert de chocolat.

Un jour que Constance regardait par sa fenêtre, elle vit un dalmatien. Celui-ci courait sur la plage. Mais une vague l’emporta vers le large. La princesse descendit précipitamment de sa chambre et alla sur la plage pour sauver le chien. Quand elle arriva, il était allongé sur le sable. Elle s’approcha, il ouvrit les yeux brusquement : ils étaient rouges !

Surprise, Constance sursauta. Elle commença à courir quand, soudain, elle se prit les pieds dans la robe et tomba dans le sable. Elle se retourna et regarda à nouveau le dalmatien. Elle s’aperçut que le chien s’était approché. Il lui sauta dessus et se mit à la lécher. Voyant qu’il était gentil, elle le caressa.

page1-small

Puis il attrapa un bout de sa robe et la tira vers la forêt. Constance comprit qu’il voulait qu’elle le suive. Elle l’accompagna et ils entrèrent dans la forêt.

Ils marchèrent longtemps et, au bout d’un moment, se rendirent compte qu’ils tournaient en rond. Ils étaient perdus à la merci des bêtes sauvages. La nuit commençait à tomber. La forêt était sombre et sinistre. On entendait comme des petits grognements. Comme il faisait noir, un vent glacial se mit à souffler. Constance et le dalmatien frissonnèrent.

Tout à coup, ils entendirent un craquement. Constance, curieuse, se rapprocha. Elle vit une petite marchande d’allumettes cachée derrière un buisson. Ses habits étaient déchirés et tâchés. Le dalmatien se mit à aboyer.

Constance, étonnée de la trouver ici, lui demanda :

«  Qui es-tu ?

– Je suis la petite fille aux allumettes.

– Que fais-tu ici ?

– Je me suis perdue.

– Moi aussi je me suis perdue. Je ne trouve plus le chemin. »

Le dalmatien continuait d’aboyer et de menacer la petite fille aux allumettes de ses crocs.

« Au secours ! A l’aide ! Ton chien est féroce ! » cria la petite fille aux allumettes.

Constance demanda à son chien d’arrêter. Ses yeux étaient rouges vifs. Constance ne comprenait pas pourquoi le chien était dans cet état. Lorsqu’elle vit qu’il était vraiment énervé, elle le mit sur le côté puis elle dit : « Arrête ! Calme-toi ! »

page2-small

Le dalmatien se calma un peu. La petite fille aux allumettes fut soulagée. Constance lui demanda :

« Aurais-tu déjà vu ce chien ?

– Peut-être…C’est possible…

– Où cela ?

– Ce n’est pas tes affaires ! s’exclama la petite fille aux allumettes.

– Qu’as-tu fait à ses yeux ? s’écria Constance.

– Je n’ai rien fait… Ce n’est pas ma faute…bafouilla la petite fille aux allumettes.

– Je ne te crois pas, gronda Constance. Le chien t’a attaqué. Ce n’est pas sans raison.

– D’accord, je l’avoue. C’est moi mais je ne l’ai pas fait exprès. J’étais entrain de m’exercer à faire de la magie avec mes allumettes lorsque j’ai touché un arbre. Le sort a rebondi et a touché le prince Hugo qui chassait dans la forêt. Il s’est transformé en dalmatien. Il s’est enfui et c’est comme cela que tu l’as trouvé.

– Pourquoi a-t-il les yeux rouges ? questionna Constance.

– C’est un effet secondaire, s’excusa la petite fille aux allumettes.

– Va-t-il retrouver son apparence ? interrogea Constance.

– Je vais faire de mon mieux, répondit la petite fille aux allumettes. »

La petite fille aux allumettes se concentra et dit une formule magique :

« Chien tu es, homme tu seras » et elle craqua une allumette.

page3-small

 

Le prince Hugo se transforma en…. cochon d’inde !

– Oh, je me suis trompée de formule.

– Oh, il est trop mignon, s’exclama Constance, mais il a toujours les yeux rouges !

La petite fille aux allumettes était désespérée par sa magie.

– Mais ne t’inquiète pas, tu vas finir par y arriver, la rassura Constance.

La petite fille aux allumettes sourit.

Elle craqua une deuxième allumette et dit :

« œil de serpent, queue de souris, dent de hamster, tu te transformeras en beau prince. »

Une lumière scintilla. Constance cria. Le cochon d’inde se sentit tout petit et se transforma en hamster. La petite fille aux allumettes dit :

« oups, je me suis encore trompée. Je vais réessayer, une troisième fois ». Elle craqua une allumette et prononça :

« Retransforma princo directo. »

Aussitôt le hamster devint un lapin roux, tout mignon mais avec les yeux rouges.

– Oh zut, encore raté ! Je suis nulle ! soupira la petite fille aux allumettes.

– Faut avouer, tu n’es pas très douée, déclara la princesse. Allez réessaie.

La petite fille aux allumettes craqua sa quatrième allumette et dit :

« En prince tu te métamorphoseras grâce aux pustules de ma grand-mère. »

Tout à coup, une lumière aveuglante apparut et un ballon vert se dégonfla. La petite fille aux allumettes s’exclama :

« Nom d’un zèbre de l’Himalaya, j’ai transformé le prince en tortue ! »

– Bon, moi j’en ai marre. Je te laisse une dernière chance mais si tu n’y arrives pas, je m’en vais et tu te débrouilles avec le prince, se fâcha Constance.

page4-small

– Non, non, je vais y arriver. Prends la tortue dans ta main droite et donne-moi ta main gauche.

La petite fille aux allumettes craqua la dernière allumette et dit :

« Par la présence de la princesse, retransforme-toi en prince ».

Il y eut un nuage de fumée blanche et le prince Hugo en ressortit en toussant et dit :

– Wahoo, c’est bien de redevenir un homme ! Toi, va à l’école de magie, tu ne sais pas contrôler tes pouvoirs !

– Oui, bon, le principal c’est que vous êtes redevenus humain.

Constance regardait le prince : il était grand, avec des cheveux bruns. Il portait une chemise rouge et un pantalon bleu.

Elle se dit : « il est plutôt pas mal. Dommage que ses yeux soient assortis à sa chemise !! »

Le prince Hugo se retourna et la vit.

Il en tomba fou amoureux et lui déclara sa flamme :

– Princesse Constance, je vous aime. Voulez-vous m’épouser ?

– Non, désolée mais vous n’êtes pas mon genre. Et puis, je dois rentrer chez moi, j’ai faim, c’est l’heure du dîner. Vous voulez venir ?

– Avec joie.

Et ils partirent tous les deux en direction du château.

page5-small